Le temps est assassin - Michel Bussi

Le temps est assassin – Michel Bussi

Le temps est assassin – Michel Bussi

Les plus : la Corse, la narration présente et passée.

Les moins : Je pense qu’il y a un élément assez improbable

A Retenir : Un roman qui me réconcilie avec Michel Bussi


Résumé

Durant l’été 1989, une voiture qui roule trop vite bascule dans un ravin. Toutefois, Clothilde 15 ans survit. Tandis que sa famille meurt sous ses yeux.

En 2016, Clotilde revient pour la première fois sur les lieux de l’accident, avec son mari et sa fille ado, en vacances, pour exorciser le passé. Mais à l’endroit même où elle a passé son dernier été avec ses parents, elle reçoit une lettre.
Une lettre signée de sa mère.
Vivante ?


Mon avis

Ah, les romans de Michel Bussi, j’en ai lu plein et à chaque fois c’est un « ascenseur » émotionnel. En fait, un coup ça me plaît, un coup ça me déçoit complètement. Mais je dois avouer qu’avec le Temps est assassin je suis réconciliée. Tout d’abord, je ne me suis pas doutée du dénouement, je me suis attachée aux personnages et j’avais vraiment hâte de tout comprendre. En plus, les images de la Corse (que j’ai eu la chance de parcourir) me sont parfaitement revenues. D’ailleurs, j’entendais presque les cigales chanter entre les pages.

C’est vraiment un super bon roman de plage, idéal pour les vacances! Mais, (Et oui avec toutes ces lectures j’ai forcément un œil critique) il y a UN élément je dirais même plus THE élément  qui n’est à mes yeux pas très crédible. Mais bon l’auteur s’en sort quand même bien et arrive à me convaincre. Je ne conseillerais pas Michel Bussi à tout le monde. Pourtant, pas de problème pour Le temps est assassin ! Lisez-le, vous passerez un moment divertissant.


Citations

« – Faut vivre, mademoiselle, avait dit un jeune flic en posant une couverture de survie argenté sur son dos. Faut vivre pour eux. Pour ne pas les oublier.
Elle l’avait regardé comme un con, comme un curé qui parle de paradis. Il avait raison pourtant. Même les pires souvenirs finissent par s’oublier, si on en empile d’autres par-dessus, beaucoup d’autres. Même ceux qui vous ont cisaillé le cœur, ceux qui vous ont rayé le cerveau, même les plus intimes. Surtout les plus intimes.
Parce que de ceux-là, les autres s’en foutent. « 

« La beauté, c’est un secret. En parler, c’est la violer. Pour moi, la Corse, c’est ça… Il faut l’aimer et la laisser en paix. « 

« Le temps s’étirait, comme alangui par la canicule. Le soleil liquéfiait les secondes en un lent goutte-à-goutte. »


Autres romans de Michel Bussi

N’oublier jamais Maman a tortUn avion sans elleLes nymphéas noirsGravé dans le sable

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :