Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates – Mary Ann Shaffer & Annie Barrows

Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates – Mary Ann Shaffer & Annie Barrows

coeur

Les plus : Roman épistolaire / Beaucoup d’émotions / Beaucoup d’espoir

Les moins : .. Trop court!

A Retenir  : Un témoignage sur l’occupation parfait, plein d’espérance et de bonheur


Résumé

Janvier 1946.Tandis que Londres se relève douloureusement des drames de la Seconde Guerre mondiale, Juliet Ashton, jeune écrivain, compte ses admirateurs par milliers. Parmi eux, un certain Dawsey, habitant de l’île de Guernesey, qui évoque au hasard de son courrier l’existence d’un club de lecture au nom étrange : « Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates »… Passionnée par le destin de cette île coupée du monde, Juliet entame une correspondance intime avec les membres de cette communauté. Et découvre les moyens fantaisistes grâce auxquels ces amis bibliophiles ont résisté à l’invasion et à la tragédie. Jusqu’au jour où, à son tour, elle se rend à Guernesey. Pour Juliet, la page d’un nouveau roman vient de s’ouvrir, peut-être aussi celle d’une nouvelle vie.


Mon avis

coup de coeur

« Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates » est parfaitement mené de la première page à la toute dernière. En fait, je l’ai lu plusieurs fois pour être certaine de ne pas m’emballer dans mon jugement. Mais non, il n’y a pas de fausses notes. On y trouve de tout : énormément d’amitié, des témoignages saisissants sur l’occupation allemande (les mauvais côtés mais les bons aussi), de l’amour, de l’espoir. On aime la multitude d’histoires qui se mêlent à l’intrigue générale. En plus, les caractères des personnages sont subtils et crédibles. Un vrai roman coup de cœur, un pur plaisir de lecture!


Citations

« À force de lire, de parler de livres et de nous disputer à cause d’eux, nous en sommes venus à nous lier étroitement les uns aux autres. « 

« Il ressemblait à l’image typique de l’Allemand qu’ont les gens. C’était un grand blond aux yeux bleus. Sauf qu’il était sensible à la douleur. « 

« Je crois qu’ils s’ennuyaient tellement avec ce couvre-feu et les autres vilaines lois nazies que ce cercle n’était qu’un prétexte pour passer une nuit dehors. Ils ont choisi la lecture comme ils auraient pu choisir autre chose. « 


Autres romans sur la Seconde guerre Mondiale

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :