La Fabrique des mots - Erik Orsenna

La Fabrique des mots – Erik Orsenna

La fabrique des mots – Erik Orsenna

Les plus : recherche linguistique intéressante

Les moins : pas de véritable histoire

A Retenir : Un petit roman pour réapprendre à aimer les mots


Résumé

C’est l’histoire d’un dictateur des Caraïbes qui veut remettre son peuple au travail. Une sorte de Chávez ou de Duvalier en plus grotesque encore, qui prétend déclencher un « choc de compétitivité » chez ses sujets en limitant le nombre de mots qu’ils ont le droit de prononcer. Douze mots, et pas un de plus : « naître », « manger », « boire », « pisser », « déféquer », « dormir », « divorcer », « se marier », « travailler », « vieillir », « mourir », et évidemment – il s’agit quand même d’un dictateur – « acclamer »…


Mon avis

Pour commencer, comme je suis passionnée des mots, de l’orthographe, de la grammaire et de tout ce qui accompagne l’écriture, j’ai trouvé le titre accrocheur. Donc je me suis lancée dans ma première lecture d’Erik Orsenna. En effet, c’est une histoire courte qui incite à repenser l’origine des mots, leur vraie signification et leur utilité. En fait, c’est sympathique sans être transcendant. Finalement La fabrique des mots est une jolie découverte,  pleine de poésie.


Citations

« -Dans beaucoup de pays, à beaucoup d’époques , des autorités, des religieux, des politiques se sont méfiés des livres. Alors ils les ont brûlés. ce que nous sommes en train de vivre est pire.
-Que veux-tu dire ?
– Si nous perdons nos mots, plus besoin d’incendier les livres, personne ne pourra plus rien raconter. Et sans raconter, comment-voulez vous comprendre ? »

« Vous avez entendu Nécrole ? Trop de mots ! Ca me rappelle ceux qui disent : trop de notes ! Pour ne pas dire trop de musique. Trop de liberté. Trop de bonheur de vivre ! »


Interview de l’auteur


Lu du même auteur

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :