Jules - Didier van Cauwelaert

Jules – Didier van Cauwelaert

Jules – Didier van Cauwelaert

Les plus : L’intelligence du chien et sa complicité avec les humains / L’improbabilité de l’histoire

Les moins : Le triangle amoureux / Le côté sexuel malsain (de mon point de vue)

A Retenir : Une lecture un peu mitigée mais assez intéressante


Résumé

Zibal est un petit génie. Ses inventions auraient d’ailleurs pu lui rapporter des millions mais tout le monde n est pas doué pour le bonheur et Zibal, malgré ses diplômes, se retrouve à 42 ans vendeur de macarons à l’aéroport d Orly. Un jour, devant son stand, apparaît Alice, une jeune et belle aveugle qui s’apprête avec son labrador Jules à prendre l’avion pour Nice où elle doit subir une opération pour recouvrer la vue.

L’intervention est un succès mais, pour Jules, affecté à un autre aveugle, c’est une catastrophe. Jules fugue, retrouve Zibal et, en moins de vingt-quatre heures, devient son pire cauchemar : il lui fait perdre son emploi, son logement, ses repères. Compagnons de misère, ils n’ont plus qu une seule obsession : retrouver Alice. Un roman plein de tendresse, mené par un trio digne des plus ébouriffantes comédies hollywoodiennes.


Mon avis

Malgré des avis divergents, je considère Jules comme une romance. Pourquoi? Zibal tombe amoureux d’Alice quasi instantanément et Alice cherche l’amour en un sens et surtout tout le monde aime ce chien. Comment ce roman ne pourrait pas être une romance alors qu’il ne parle que d’amour? J’ai aimé le principe de l’aveugle qui recouvre la vue et qui du coup ne voit plus du tout les choses de la même manière. J’ai aimé le chien et tout ce qui tourne autour de lui :  le bon comme les catastrophes.

Mais je n’ai pas aimé l’étrange triangle amoureux qui se forme et qui est plutôt sexuel qu’amoureux, même si tout est bien logique et expliqué et compréhensible. Le style est simple, agréable et sans chichis. Le happy end un peu trop facile je ne crois pas que l’on puisse être si optimiste quand à la nature de l’être humain particulièrement lorsqu’il s’agit de déboires amoureux.  Mais ça fait du bien de croire que l’écrivain lui au moins y croit! En résumé Jules est une lecture mitigée.


Citations

« Je sais par expérience qu’il faut se méfier des coups de foudre, mais je suis devenu brutalement amnésique en la découvrant au milieu de la foule. « 

« En me répétant toutes ces années : « Quel courage vous avez », les gens m’en ont tellement donné… Qui va me plaindre, désormais, m’admirer pour la façon dont je « prends les choses » ? Je retrouve la vue et je déprime.
L’enthousiasme autour de moi, l’émerveillement que suscite ma guérison me laisse un sentiment de solitude honteuse que jamais le handicap n’a provoqué. Le devoir de bonheur auquel je m’astreignais, par fierté et instinct de survie, est remplacé désormais par un simple code de décence. Je n’ai plus le droit d’aller mal. « 


 Interview de l’auteur


Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :