A mélie sans mélo - Barbara Constantine

A Mélie sans mélo – Barbara Constantine

A Mélie sans Mélo – Barbara Constantine

coeur

Les plus : C’est facile à lire et ça donne envie de sourire et de vivre et d’avoir une belle famille à la campagne

Les moins : A moins de détester les fins joyeuses il n’y a rien à redire, un peu court peut-être?

A Retenir : Une bouffée d’oxygène, 246 pages d’optimisme, quel plaisir!


Résumé

Mélie, soixante-douze ans, vit seule à la campagne. Sa petite-fille, Clara, vient pour la première fois passer toutes les vacances d’été chez elle. La veille de son arrivée, Mélie apprend qu’elle a un problème de santé

Elle verra ça plus tard. La priorité, c’est sa Clarinette chérie ! Mélie, le mélo, c’est pas son truc. Elle va passer l’été (le dernier ?), à fabriquer des souvenirs à Clara. Des rigolos. Comme regarder pousser les bambous en écoutant la Traviata, chanter sous la pluie des chansons de Nougaro, goûter les mauvaises herbes qui poussent le long des chemins.
Il y a aussi… le vieux Marcel qui va apprendre à Clara à faire de la mécanique, Fanette, sa mère, qui va lui trouver un beau-père ; Bello, son parrain, qui va agrandir sa bande de filleuls musiciens. Et puis, comme la vie est vraiment dingue des fois, il y a Mélie quoi va enfin rencontrer le grand amour…
Cent cinquante ans à eux deux ? Mais quand on aime, on ne compte pas


Mon avis

Ah! Notre chère Barbara Constantine et ses tout petits romans. Tout petits certes, mais tellement pleins de tout! Puisqu’ils sont plein d’amour, de soleil, de senteurs et de bonheurs simples.
Effectivement, chaque histoire présente des personnages un peu écorchés par la vie et mélange les générations pour nous offrir un bouquet de plaisir. Néanmoins, ce n’est pas un livre où l’on va chercher de grandes qualités d’écriture ou une réflexion philosophique, non on ouvre et on dévore A Mélie sans mélo pour le plaisir de voir les personnages s’entraider et se reconstruire les uns les autres.

En fait, ces romans me donnent envie de vacances à la campagne, de danser sous la pluie et d’apprendre à pêcher des poissons à mains nues. Par contre, on s’attache tellement aux personnages qu’on a encore envie d’en savoir plus lorsque le dernière page d’A Mélie sans mélo se tourne, un peu comme à la fin d’une tablette de chocolat.

En une phrase : Merci Barbara pour ces pages de bonheur.. Encore?


Interview de l’auteure


Citations d’A Mélie sans Mélo

« – Et c’est quoi la différence entre jolie et belle?
– Ben …jolie, c’est facile. Il n’y a rien à faire. Juste à en profiter.
Mélie prend une inspiration, avant de continuer…
– Alors que la beauté, c’est un peu comme un jardin. Pour qu’il donne des fleurs et des fruits, il faut y travailler, planter des graines, mettre du fumier aux pieds des rosiers… « 

« Si j’avais été résistante comme toi, pendant la guerre, eh bien j’aurais aimé le raconter à mes petits enfants. Pour qu’ils sachent que c’est possible de résister… qu’on peut résister à tout. Aux nazis, à l’injustice, aux politiciens, à la maladie, à la bêtise… à tout ! Parce que, les enfants, ils vont peut être finir par croire ce qu’on dit partout… que tout est foutu, qu’il n’y a plus rien à faire, qu’on doit tout accepter tel quel, courber la tête, être des moutons… »

« Alors? Qu’est ce qu’elle t’a laissé, ta grand mère, Clara?
Du fric? Un grand appart, une super bagnole ?
NON. Juste des souvenirs. Mais des …uniques… Des qui ne s’oublient pas… « 


Lu du même auteur

Et puis Paulette – Tom, petit Tom, tout petit homme Tom – Allumer le chat

 

Et vous quel est votre avis sur les romans de Barbara Constantine?

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :